pusch-toolbox-biodiversitaet-kachel-planung.jpg

Planification

Une bonne planification est indispensable à la mise en œuvre efficace de surfaces favorisant la biodiversité locale. Elle permet d’exploiter les synergies et parfois d'obtenir des subventions. Si par exemple des travaux de protection contre les crues sont prévus sur les ruisseaux en zone urbaine, ils peuvent généralement être conjugués à une mise en valeur écologique à moindre coûts. Il en va de même pour les nouveaux bâtiments situés sur les espaces appartenant à la commune (établissements scolaires, etc.).

Un concept global pour les projets de revalorisation ou un plan directeur sur la biodiversité dans la commune peuvent s’avérer utiles dans ce contexte. Les conditions-cadres y sont définies de manière générale et peuvent être affinées en permanence. Vous trouverez ci-après des conseils pratiques et quelques exemples.

Une bonne planification .

Exploiter efficacement les potentiels!

Instruments de planification

Fiches d’information et lien utiles

  • Acclimatasion - rapport de capitalisation: mise en oeuvre d'instruments d'aménagement urbain pour promouvoir la biodiversité
  • Guide Espaces verts et ouverts: pistes d’actions et aides pour la planification, l’aménagement et la gestion (Energie Suisse pour les communes, sur mandat de l’OFEV).
  • Espaces verts naturels: fiche d’information de la «Boussole de durabilité»; offre une vision synthétique et des conseils généraux sur la réalisation d’espaces verts naturels
  • Plan d’action Stratégie Biodiversité Suisse: base au niveau national sur la «mise en place d’une infrastructure écologique», avec notamment des informations sur «l’étoffement et la valorisation des zones protégées et leur mise en réseau»

Inventaires et systèmes d’information géographique

Fiches d’information et lien utiles

Définition des objectifs et potentiels des surfaces

Points importants pour la définition des objectifs

Voici quelques points qui peuvent être pertinents pour définir les objectifs d’une revalorisation:

  • Objectifs de protection ou de sensibilisation. Quelle est la priorité?
  • Quels aspects doivent être mis en avant concernant les espèces:
    Présence actuelle, probabilité de colonisation, compatibilité avec la biocénose existante/concurrence, statut de menace et priorité de financement.
  • Quels sont les besoins de mise en réseau:
    Besoin prioritaire local? Exigences concernant les surfaces prévues? Dimensions, obstacles/séparations (rue)?
  • Y a-t-il des objectifs existants:
    Efforts de protection déjà existants dans la région? Objectifs/recommandations/concepts dans la zone concernée? Dispositions en matière d’aménagement du territoire?
  • Définir les objectifs en termes de caractéristiques et de qualité de la surface:
    Ensoleillement et orientation de la surface: les pentes exposées au sud sont souvent favorables, voire nécessaires, à la biodiversité. Humidité, teneur en nutriments, exploitation des environs, ombrage, perturbations: utilisation/visite de la surface. Clarifier les questions suivantes: utilisation ancienne ou actuelle, plantation et urbanisation, risques et obstacles, par ex. sous forme de routes importantes ou de pollutions des sols, etc.
  • Intégration pertinente dans les concepts de biodiversité et les efforts de mise en réseau à grande échelle
  • Budget disponible et aspects juridiques:
    risques liés aux plans d’eau, ombrage/chute de feuilles dus à la végétation, conservation des monuments (et jardins) historiques, etc.

Calendrier

Exemple d’un champ de fleurs sauvages

Un champ de fleurs sauvages doit être ensemencé entre mi-avril et mi-juin. Le sol doit être préparé au plus tard quatre semaines avant. Il faut aussi prévoir du temps pour évaluer l’emplacement et obtenir le mélange de graines adapté. Ajoutons à cela qu’il faut en général attendre l’année suivant les semis pour que les champs de fleurs prospèrent. Ce calendrier doit être pris en compte dans l’éventualité d’une inauguration ou de séances photo, etc., et nécessite le cas échéant de communiquer pour expliquer pourquoi la zone est en jachère dans un premier temps.

  • L’entretien de prairies naturelless et d’autres structures doit être planifié intelligemment pour préserver leur état naturel. Les plans d’entretien sont indispensables

Acteurs et compétences

Exemples d’acteurs externes

Impliquer des acteurs externes peut être pertinent et alléger la charge de travail. Comment exploiter les synergies:

  • Une entreprise d’horticulture entretient une surface centrale de promotion de la biodiversité et peut ainsi augmenter sa visibilité auprès de clients potentiels.
  • Les écoles participent à des projets pour sensibiliser le public à la biodiversité dans la commune. Les surfaces concernées s’intègrent au programme des cours et les concierges peuvent éventuellement se charger de l’entretien des structures. (Espace naturel École (en allemand))
  • Les bureaux d’études environnementales, les entreprises d’horticulture naturelle, mais aussi les associations locales de protection de la nature peuvent assurer des missions de conseil pour garantir la valeur ajoutée écologique d’une surface.
  • Les particuliers peuvent compléter sur leur terrain la revalorisation des surfaces publiques.
  • Les agriculteurs peuvent par exemple assurer l’entretien des surfaces selon des règles précisées dans les contrats de bail.

Substrat, matériaux de construction, plantes et semences

Conseils et lien utiles

Pour le substrat/sol:

  • Quel est l’état du sol et convient-il aux espèces cibles?
    Certaines espèces requièrent un substrat spécifique. Cela doit être pris en considération lors de la planification.
  • Il est judicieux de tenir compte des sols existants. En effet, ils sont souvent typiques du lieu et ont également leur légitimité et leur valeur. La formation de sols profonds peut prendre des siècles.
  • L’éventuel déblai peut-il être réutilisé sur place? Peut-être pour d’autres structures de protection?
  • Il n’est pas forcément nécessaire de prélever de la terre pour la remplacer par du gravier dans les prairies riches en espèces. L’amaigrissement continu du sol prend du temps et les résultats ne sont vraiment visibles qu’après quelques années. C’est toutefois une méthode douce de revalorisation sans modification du terrain ni intervention dans la structure du sol.
  • En plus des exigences des espèces cibles et des habitats, d’autres motifs justifient d’adapter le sol. Les modifications du terrain ou les résidus toxiques jouent un rôle important. Les sites contaminés en particulier peuvent avoir un impact important sur la planification du budget et du calendrier.
  • Gestion des sols (en allemand): la fiche d’information des services environnementaux de Suisse centrale rassemble d’importantes réflexions sur l’utilisation du sol.

Pour les matériaux de construction:

  • Pollution – mes matériaux sont-ils bruts ou exempts de polluants?
  • Les pierres et les briques (par ex. pour les hôtels à abeilles sauvages), mais aussi le bois de construction sont souvent traités avec des fongicides et des herbicides et ne conviennent donc pas pour promouvoir la biodiversité. Outre les champignons, mousses ou lichens, les insectes évitent souvent de coloniser ces matériaux.
  • Provenance – d’où viennent mes matériaux?
  • Si possible, il est judicieux de recourir à des matériaux de la région. Les animaux locaux évitent souvent les matériaux exotiques comme sources de nourriture.
  • Contamination – est-ce que j’introduis des organismes indésirables dans le milieu?

En particulier pour les matériaux provenant de sources externes comme le gravier, etc. il faut veiller à ce qu’aucune plante invasive ne puisse venir supplanter les plantes locales. Il est impératif de communiquer clairement avec le fournisseur.

Pour les plantes et les semences:

  • Provenance – les plantes sont-elles locales?
    La provenance est particulièrement importante, aussi bien pour les plants que pour les semences. Pour que les petits animaux locaux s’installent, ils ont besoin d’une nourriture adaptée. Les plantes et espèces exotiques et allochtones sont sans intérêt pour de nombreux animaux locaux, notamment les insectes et leur progéniture, car elles ne peuvent pas être consommées.
    Les plantes et graines locales sont d’autant plus importantes pour favoriser la biodiversité. Même les plantes locales présentent selon les régions des caractéristiques génétiques différentes au sein de la même espèce, car elles se sont adaptées aux conditions locales au fil des décennies. La diversité des espèces de plantes locales est souvent la meilleure source de semences pour une végétalisation stable et adaptée au site. Il faut souvent recourir aux conseils des spécialistes locaux/régionaux de la protection de la nature pour trouver des semences locales, ou pratiquer la méthode de l'ensemencement direct (p. ex.: herbe à semences)
    • Regioflora.ch donne des informations recommandables sur les semences locales. Le site permet de trouver des prairies sources ainsi que des contacts régionaux susceptibles de prodiguer des conseils spécialisés.
  • Autres fournisseurs de semences locales:
    • HoloSem: semences autochtones (locales) pour différentes régions
    • Regiosaat: spécifiquement pour la région du Plateau oriental
  • Semences suisses de bonne qualité facilement disponibles dans toute la Suisse:
  • Adaptabilité – les plantes sont-elles choisies spécifiquement pour le site?
    Toutes les plantes locales et utiles sur le plan écologique ne peuvent pas prospérer partout. Il faut aussi réfléchir aux espèces que l’on veut spécifiquement favoriser avec le projet. Le choix des plantes doit se faire en fonction de ces critères. Les nouvelles plantations ne doivent pas affecter les éventuelles plantes intéressantes déjà présentes.
     
  • Conseils en plantation écologique en ligne
    • Floretia.ch fait des suggestions de plantes pour pratiquement tous les lieux. Des fournisseurs locaux sont également suggérés pour les différentes plantes.
    • Futureplanter.ch suggère aussi des plantes adaptées au lieu. Ici, l’accent est clairement mis sur la protection des espèces d’abeilles sauvages.
    • Wildstauden.ch:le site de la pépinière Wildstauden permet de commander des plantes et propose des portraits détaillés des différentes espèces.

Visibilité

 

Was machen andere?

Tauschen Sie sich mit anderen Gemeinden und Schulen in dieser Facebook-Gruppe aus und lernen von- und miteinander. 

ZUR GRUPPE